• Continuons avec vous

Saran solidaire avec le peuple ukrainien

Le conseil municipal de Saran a approuvé ce 25 mars le vote de deux subventions exceptionnelles de 5 000€ en faveur de la Protection Civile et du Secours Populaire pour venir en aide aux réfugiés ukrainiens. Maryvonne Hautin a tenu à détailler les nombreuses actions menées dans notre commune pour soutenir la population ukrainienne comme à rappeler la nécessité d'un cessez-le-feu immédiat et d'un retrait des troupes russes.

La mairie de Saran et la place de la liberté (photo : Continuons avec Vous pour Saran).


Voici l'intégralité de la déclaration prononcée par la maire de Saran ce 25 mars devant le conseil municipal.



"Mesdames et Messieurs,


La municipalité de Saran condamne avec la plus grande fermeté l'invasion en cours de l'Ukraine par l'armée russe, déclenchée par Vladimir Poutine.


Le Président russe s'enfonce dans l'ultranationalisme avec son gouvernement et ses soutiens, en méprisant les instances multilatérales et le droit international. L’hypothèse d’une escalade des violences par l’utilisation d’armes nucléaires nous enjoint à la Paix, à la coopération et à la solidarité. Le dialogue et la voie diplomatique sont les seuls mécanismes valables pour assurer une résolution pacifique des conflits.


Face à cette situation inacceptable, la ville de Saran appelle à la fin des combats, au retrait des troupes russes et souhaite que les dirigeants retrouvent le chemin des discussions. Dans l'immédiat, il est indispensable de protéger les populations civiles, quelles qu'elles soient.


Le terreau que cette guerre offre aux nationalistes, aux extrémistes de tous bords, en Russie, en Ukraine, en Europe, qui poussent à la guerre, à la haine, à la soif de vengeance est inquiétant.


Vous le savez, la ville de Saran est membre de l’Association Française des Communes, Départements et Régions pour la Paix ainsi que du Mouvement pour la Paix. Pour témoigner de notre solidarité, le drapeau ukrainien a été hissé fièrement sur le fronton de la mairie à côté du drapeau de la Paix et du drapeau français. Le château de l’Étang s’est paré des couleurs bleu et jaune de l’Ukraine, et nous avons mis dans nos rues des affiches montrant la solidarité de la ville de Saran et de ses habitants avec les Ukrainiens.


Mais ces témoignages, visibles certes, ne sont pas les plus importants. Dès le début de la crise, les Saranais ont été nombreux à vouloir aider, donner et accueillir.


Nous avons donc répondu à l’appel de la Préfecture concernant les possibilités d’hébergement, ainsi que de la Protection Civile pour la collecte de produits d’urgences. La préfecture et la Protection Civile étant garants du bon déroulé de ces actions. Nous avons centralisé les dons de produits dont les Ukrainiens avaient le plus besoin pour l’urgence en Ukraine et dans les pays limitrophes qui accueillent déjà des millions de réfugiés.


Il est important de remercier les habitants, mais également les associations saranaises comme le Basket et la MLC, les établissements scolaires comme le Collège Montjoie, l’institut des Cent Arpents, la pharmacie du Chêne Maillard ou encore des entreprises comme Brico Dépôt qui ont répondu présent pour les collectes. Je remercie également les établissements Deret pour leur aide logistique et leurs dons. Néanmoins, la générosité des habitants a été telle qu’il est désormais nécessaire de l’arrêter car nous passons à une autre étape.


En effet, depuis 15 jours maintenant, nous avons commencé à accueillir 2 familles ukrainiennes dans des logements de fonction qui étaient inutilisés et que nous avons rapidement remis en état. Élus et personnel municipal avons tout fait pour les accueillir dignement et les accompagner. Je remercie cette fois des commerces saranais comme But, Conforama, ou encore La Compagnie du Lit pour leurs dons et leurs gestes. Ils ont ainsi pu compléter les dons de mobilier de la Communauté Emmaüs. Et je n’oublie pas également Oréliance qui a pu recevoir une personne qui avait besoin d’un renouvellement d’ordonnance.


En ce qui concerne les équipements des logements, les démarches administratives, les démarches médicales, les inscriptions scolaires, ou tout simplement l’accompagnement quotidien des familles logées… Les services municipaux ne comptent pas leurs heures, notamment le service social et le cabinet, et je les en remercie sincèrement.


Des Saranais ont également hébergé chez eux des familles ukrainiennes. C’est un geste louable et je les félicite car il n’est pas possible que la collectivité puisse accueillir la totalité des expatriés, même temporairement. Il est néanmoins important de connaître ces situations et j’invite donc ces habitants à se signaler auprès de la Direction de l’Action Sociale afin d’avoir un suivi, une aide et un accompagnement des personnes qu’ils hébergent.


Vous pouvez le constater, nous avons pu travailler avec réactivité et dans la mesure de nos possibilités. Il n’était pas question pour nous d’accueillir et d’accompagner les Ukrainiens sans avoir la garantie qu’un hébergement et des conditions d’accueil dignes leur seraient proposés. Tout le monde n’a pas eu la même réactivité. Par exemple, nous avons enfin obtenu la possibilité de bénéficier de tickets de transports TAO pour ces familles. Jusqu’à aujourd’hui, c’est la ville qui avait fourni des tickets pour que ces familles puissent se déplacer au quotidien et notamment pour que les enfants puissent se rendre au collège.


Au niveau de la Métropole d’Orléans, une possibilité d’accueillir de nouveaux réfugiés est envisagée par l’intermédiaire des bailleurs sociaux. Je n’ai pas fermé cette porte. Tout ce qu’il est possible de faire doit être étudié. Mais il est important de rappeler qu’il y a déjà un manque criant de logements sociaux dans notre agglomération. Nous serons donc vigilants pour que chaque commune prenne part à la solidarité internationale. Autrement, ce qu’il risque de se produire, c’est que seules les communes qui respectent la loi SRU accueilleront de nouveaux expatriés. Et ce sont nos villes qui seront aussi chargées de les accompagner. Les "villes riches" ou celles qui n’ont pas de logements sociaux doivent donc, elles aussi, proposer et trouver des solutions d’hébergement sur leurs territoires.


Voilà pour la situation locale, mais il est important de penser à ceux qui sont toujours en Ukraine mais aussi en Pologne, en Moldavie, en Roumanie ou en Slovaquie… C’est pourquoi afin d’aider les associations sur place qui soutiennent les civils, il vous sera proposé ce soir de voter deux subventions exceptionnelles de 5 000€ chacune à la Protection Civile et au Secours Populaire."

30 vues