top of page
  • Photo du rédacteurContinuons avec vous

Retraites et 49-3 : le conseil municipal de Saran demande le retrait du projet présidentiel


Le conseil municipal a approuvé le vendredi 24 mars, une motion exceptionnelle adressée au président de la République, concernant la nécessité de retirer le projet de contre-réforme des retraites.

Des élu-e-s de Saran, Fleury les Aubrais et Villereau avant le départ de la manifestation du 15 mars 2023 dans les rues d'Orléans (photo : Continuons avec Vous pour Saran).



Voici le texte intégral de cette motion adoptée à l'unanimité moins l'abstention d'un seul des 5 élu-e-s de l'opposition municipale.


"Ces deux derniers mois, le président de la République a refusé de tenir compte de la mobilisation historique contre son projet de repousser à 64 ans la date légale pour partir en retraite et d’accélérer l’allongement de la durée de cotisation. Malgré plusieurs journées de grève et de manifestations massives, il a refusé de recevoir les membres de l’intersyndicale et d’abandonner son projet de contre-réforme des retraites.


Face au rejet très majoritaire et persistant de son projet de loi parmi la population, le président de la République a prétexté que le Parlement était l’unique source de la légitimité démocratique et qu’il lui revenait donc de décider du contenu de la loi.


Or, au terme d’un débat parlementaire singulièrement tronqué et confronté à un risque de mise en minorité à l’Assemblée nationale, le président a décidé d’activer l’article 49-3 de la constitution pour éviter un vote défavorable des député-e-s sur son projet de contre-réforme des retraites.


Du fait de l’utilisation du 49-3, l’examen du texte s’est transformé ce 20 mars en un vote -très serré- de confiance au gouvernement. Ce faisant, le président de la République a choisi de bâillonner les député-e-s, au même titre que les Français-es majoritairement opposés à son projet aussi injuste qu’injustifié.


Cette réforme, violemment néo-libérale, et le recours -certes légal mais logiquement perçu comme autoritaire- au 49-3 ont provoqué une crise sociale puis politique d’une ampleur exceptionnelle. Pire, le président de la République a choisi d’attiser la colère du pays en s’obstinant ce mercredi 22 mars, à mépriser la volonté majoritaire de la population.


C’est pourquoi, comme d’autres conseils municipaux, le conseil municipal de Saran demande au président de la République d’apaiser au plus vite la colère du pays et de redonner du sens au mot démocratie en ne promulguant pas et en retirant son projet de contre-réforme des retraites."



> Pour voir en ligne la composition du conseil municipal de Saran.

151 vues

Comments


bottom of page