• Continuons avec vous

Lille, Saran, St Denis en Val : les voeux de moratoire sur l'implantation de la 5G se multiplient...

Après d'autres collectivités, le conseil municipal de Saint Denis en Val a adopté mardi dernier un voeu demandant un moratoire sur l'installation des antennes 5G en France tant que le rapport de l'ANSES sur les éventuelles conséquences de cette nouvelle technologie sur la santé n'aura pas été rendu public.

Une antenne-relais de téléphonie mobile (photo : Pixabay).


Lille, le 9 octobre, Saran, le 16 octobre et maintenant Saint Denis en Val, le 10 novembre dernier... A l'image de ce que demandait la Convention Citoyenne pour le Climat l'été dernier au président de la République, plusieurs conseils municipaux ont approuvé des délibérations demandant un report du lancement de la 5G en France.


Le sujet est d'actualité : à peine attribuées en septembre dernier les fréquences de la future téléphonie de 5ième génération, les opérateurs veulent déployer au plus vite de nouvelles antennes en France pour proposer de nouveaux forfaits et vendre de nouveaux téléphones compatibles avec la 5G.


Pourtant, le rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) sur l'évaluation des risques de la 5G n'est pas encore publié. L'ANSES précise sur son site internet que "ces évolutions technologiques vont modifier les modalités d’exposition de la population, et nécessiteront d’adapter les méthodes de mesure. Afin d’accompagner le déploiement de la 5G, l’Anses a lancé des travaux d’expertise visant à évaluer les risques sanitaires liés à l’exposition des populations", qui est attendu début 2021.


Confrontés à la précipitation des opérateurs et du gouvernement, la méfiance des riverains vis-à-vis des éventuels antennes-relais se développe et les actions citoyennes se multiplient contre les nouvelles implantations sans concertation préalable, comme par exemple à Saint Denis en Val.


A Saran, rue Gabriel-Debacq, malgré un recours de la ville en justice et en dépit de l'opposition des riverains, l'opérateur Free a installé en octobre dernier une antenne de téléphonie près du pont surplombant les voies de chemin de fer Paris-Orléans.



A l'inverse, toujours à Saran et après une campagne d'information d'un collectif citoyen dans le Nord du Bourg, l'assemblée générale des copropriétaires de la résidences des Rives du Lac a rejeté le 12 octobre dernier le projet de convention avec Free pour une implantation d'antennes 3G, 4G et 5G sur le toit d'un immeuble situé près de l'ancienne route de Chartres.



Un débat transparent sur cette nouvelle technologie est aujourd'hui impératif.


C'est pourquoi, dans son voeu adopté à l'unanimité, le conseil municipal de Saran a proposé "qu’Orléans Métropole initie un grand débat public sur la 5G et son déploiement avant la fin de l’année 2020, impliquant acteurs publics et privés, experts, citoyens et citoyennes". Sans réponse à ce jour...



45 vues

Liste de large rassemblement, conduite par Maryvonne Hautin, maire sortante.

  • White Facebook Icon
  • Instagram
  • White Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube

© Continuons avec Vous pour Saran