top of page
  • Photo du rédacteurContinuons avec vous

100 maires exigent un débat sur la cohésion territoriale, contre les discriminations, les précarités

Dans une lettre ouverte au président de la République, une centaine de maires progressistes, dont Maryvonne Hautin, se disent lassés d'être "à la fois les médiateurs et les urgentistes d’une République essorée, fracturée, fracassée". Ils et elles souhaitent "l’organisation d’un débat national sur la cohésion territoriale, contre les discriminations et les précarités afin de fonder le rassemblement républicain autour de solutions durables de progrès".

A l'accueil de la mairie de Saran. (photo : Continuons avec Vous pour Saran).


"Devant les images accablantes et inadmissibles de la mort d’un jeune de 17 ans, Nahel, tué à bout portant par un policier, notre pays a basculé dans la violence. Nous, maires, avec les élus locaux et les agents des services municipaux, avons passé ces derniers jours et nuits à jouer à la fois les médiateurs et les urgentistes d’une République essorée, fracturée, fracassée.


Drame après drame, il semble que notre pays n’en retienne aucune leçon. Les faits sont durs : nous constatons depuis vingt ans une dégradation des rapports entre la police, la population et la jeunesse, avec des phénomènes de brutalité, associés aux discriminations, qui touchent le reste de nos institutions. Les discours guerriers contre la délinquance ne sont que poudre aux yeux pour mieux cacher les baisses d’effectifs de la police nationale et le démantèlement des renseignements généraux. Dans nos villes, les commissaires en place nous confient chaque semaine leur dépit face au manque de moyens.


Comme le reste des services publics, la police est victime des politiques néolibérales, du profit roi. Il faut aussi redonner les moyens à la justice, en particulier celle des mineurs, d’être efficace.

Nous avons besoin d’un grand débat national pour permettre à la police de servir le peuple, et lui en donner les moyens. Il faut changer les conditions de formation des agents et leur doctrine d’engagement. Il faut dire et redire que les habitants des quartiers populaires sont les premières et principales victimes de ces violences urbaines, qui ne servent aucune cause et que nous dénonçons. Les cibles sont des transports publics qui sont ceux qu’eux-mêmes, ou leurs parents, empruntent pour aller travailler, les écoles où leurs frères et petites sœurs construisent leur avenir, des mairies où leur famille se rend au quotidien.

Dans une triste ironie, les services publics de proximité ne sont pas épargnés par une jeunesse désemparée, sans perspective, et qui voit ses parents s’acharner au travail pour des salaires de misère qui ne leur permettent pas de vivre dignement. Le travail doit être synonyme de fierté et d’émancipation.

Le rapport Borloo « Vivre ensemble – vivre en grand la République, pour une réconciliation nationale » a subi un enterrement de première classe. Nous, élus locaux, porte-voix des habitantes et habitants, avec les associations, avions travaillé à cette réconciliation nationale. Une occasion manquée par le pouvoir.


Dans beaucoup de nos banlieues, nous sommes passés de la pauvreté à la misère sous l’effet du Covid et de la crise énergétique. Dans le ­logement social, la régularisation annuelle des charges est synonyme de 13e mois de loyer. Le taux de chômage y est 2,7 fois supérieur à la moyenne nationale, dans un environnement de plus en plus invivable sous l’effet du réchauffement climatique.

Dans nos campagnes, les services publics essentiels sont réduits à peau de chagrin. Santé, loisirs, éducation, gendarmerie… tous sont exsangues, dommages collatéraux de la notation financière internationale.


Tous ces facteurs ont permis à l’idéologie nauséabonde de l’extrême droite de se développer. Cela doit cesser ! Il n’y a pas de territoires « perdus » de la République. Il existe aujourd’hui une « République » qui exclut les habitants des banlieues comme elle exclut la France rurale où la crise des gilets jaunes avait débuté. L’ONU nous a régulièrement alertés sur les dérives de notre système « tout-­répressif ».


Plus que jamais, nous avons besoin d’une politique nationale et des moyens pour rétablir la cohésion nationale. Les choix libéraux ont précipité notre société vers l’individualisme et la précarité : les droits élémentaires à l’éducation, à la sécurité, à la santé, au logement, aux transports, au sport, à la culture et à l’emploi doivent être une réalité garantie par l’État et par les politiques des gouvernants. Les services publics sont les premiers vecteurs d’égalité et de justice de notre pays. Il faudra également garantir aux collectivités un fonds d’urgence pour la réparation des dégâts.

Nous exigeons un travail en profondeur pour ­arracher les racines du mal que sont l’inégalité ­républicaine et l’absence de cohésion sociale. Nous demandons au président de la République qu’il entende le cri d’une partie de la jeunesse et des élus locaux. Qu’il y ­réponde par l’organisation d’un débat national sur la cohésion territoriale, contre les discriminations et les précarités afin de fonder le rassemblement républicain autour de solutions durables de progrès.

Ainsi nous construirons avec tous les citoyen·ne·s la République que notre pays mérite.

Vive la liberté, vive l’égalité, vive la fraternité !"



Les maires signataires de la lettre ouverte : RIO Philippe, Maire de Grigny, 91 BESSAC Patrice, Maire de Montreuil, 93 LECLERC Patrice, Maire de Gennevilliers, 92 BARRE Stéphane, Maire de Oissel, 76 BONNEFOY Cyrille, Maire de La Ricamarie, 42 BELSOLA Laurent, Maire de Port-de-Bouc, 13 BELHOMME Jacqueline, Maire de Malakoff, 92 QUENNESSON Julien, Maire de Somain, 59 ROSSO Georges, Maire de du Rove, 13 FAVERJON Christophe, Maire d’Unieux, 42 CHARROUX Gaby, maire de Martigues, 13 BONY Vincent, maire de Rive de Gier, 42 MOISE Joachim, Maire de Saint-Etienne du Rouvray, 76 BOUYSSOU Philippe, Maire d’Ivry sur Seine, 94 CORZANI Olivier, Maire de Fleury-Merogis, 91 DAUMIN Stéphanie, Maire de Chevilly-Larue, 94 MARION Joel, Maire de Compans, 77 AUZOU Jacques, Maire de Boulazac-Isle-Manoir, 24 OLLIVIER Corinne, Maire de Vierzon, 18 SULLI Renzo, Maire de Echirolles, 38 HAUTIN Maryvonne, Maire de Saran, 45 AMIABLE Marie-Hélène, Maire de Bagneux, 92 BLANDIOT-FARIDE Charlotte, Maire de Mitry-Mory, 77 PRAT Claude, Maire de Glenat, 15 BEURIOT Valéry, Maire de Brionne, 27 ANDRE Sylvain, Maire de Cendras, 30 PARNIERE Jean-Claude, Maire de Soumans, 23 GINIES Michel, maire de Damparis, 39 LEPROUST gilles, Maire d’Allonnes, 72 MORETTO Richard, Maire de Le Sautel, 09 CERCEL Agnès, Maire de Tourville-la-Rivière, 76 PETIT Arnaud, Maire de Woincourt, 80 FOURNIES Valerie, Maire de Fresnes-sur-Escaut, 59 FOURNIER Maryline, Maire d’Arques-la-Bataille, 76 BARRIER jean François, maire de Velzic, 15 DE WINTER Damien, Maire de Giberville, 14 COUSSEAU Helene, Maire de Lesperon, 40 ALBIN Noël, Maire de Touët de l’Escarène, 06 LUCAS Maryline, Maire de Guesnain, 59 ALBIN Noël, maire de Touët de l’Escarène, 06 CHAMPIRE Christian, Maire de Grenay, 62 THOUVENIN Daniel, maire de Villorceau, 45 MUZETTE Thierry, maire de Sainte-Anne Saint-Priest, 87 BOUVIER Gilbert, Maire de Gilhac et Bruzac, 07 DASSA Emmanuel, Maire de Briis-sous-Forge, 91 POUX Gilles, Maire de La Courneuve, 93 CORBIER Emile, Maire de Chamborigaud, 30 ABATE Patrick, Maire de Talange, 57 LEON Jean-Marc, Maire de Joudreville, 54 SICOT Olivier, Maire de Varennes Vauzelles, 58 PICARD Michelle, Maire de Vénissieux, 69 LANGLOIS Nicolas, Maire de Dieppe, 76 PICANDET Nicole, Maire de Vieure, 03 TORDJMAN Patricia, Maire de Gentilly, 94 TALLET Maud, Maire de Champs-sur-Marne, 77 SARRABEYROUSE Olivier, Maire de Noisy-le-Sec, 93 SASSO Marc, Maire de Chambon, 30 BARBIER Michel, Maire de la ville d’Eu (76) LEBOUC Michel, Maire de Magnanville, 78 BRUNEAU Alban, Maire de Gonfreville l’Orcher, 76 SPIZAK Pierrick, Maire de Villerupt, 54 MOURARET Maire de Dives-sur-Mer, 14 AUBREE Pascal, Maire de Bussy-lès-poix, 80 ESTIENNE Claude, maire du Chaffaut-Saint-Jurson, 04 GAUTHIER Jean-Marc, Maire de Vaulnaveys-le-Bas, 38 SERPEDES Claude, Maire de Saint-Martin-de-Valgalgues, 30 NEDJAR Djamel, Maire de Limay, 78 CLEMENT Bernard, Maire de Domessargues, 30 LOPEZ DUBREUIL Julie, Maire de Saint-jean-du-Pin, 30 BOUIS Florence, Maire de Molières-sur-Cèze, 30 PERRON Patrick maire d’Algrange, 57 BEUILLE Michel, Maire d’Aussonne, 31 SAN ANDRES Thierry, Maire de Saint Benoit de Carmaux, 81 BONNARGENT Alexis, Maire de Vidouze, 65 CHAMBON Denis, Maire de Saint Alban, 38 MOLINO André, Maire de Septeme-les-Vallons, 13 QUEIROS David Saint Martin d’Hères, 38 MORERE André Maire de Saint-Hilaire, 31 BONNERY Alain, Maire de Nebias, 11 BOISSET Francois, Maire de Riom, 15 THOUVENIN Daniel, Maire de Villorceau, 45 BASQUIN Alexandre, Maire d’Avesnes-les-Aubert, 59 RENOIR Gilles, Maire de Fays La Chapelle, 10 BENEZECH Patrick, Maire de Mus, 30 PEREZ Jean-Pierre, Maire de Vendres, 34 COLBAC Francis, Maire de Trélissac, 24 COHARD Roger, Maire du Cheylas, 38 RANNOU Jacques, Maire de Kernével, 29 ANDRIUZZI Jean-Michel, Maire de Montpezat, 30 MERCIER Michel, Maire du Martinet, 30 GARCIA Nicolas, Maire d’Elne, 66 JACQUES Laurent, Maire du Tréport, 76 MOREL Christine, Maire d’Harfleur, 76 GAUTRAIS Jean-Philippe, Maire de Fontenay-sous-Bois, 94 SONREL Christophe, Maire de Damelevières, 54 ASSENSI François, Maire de Tremblay-en-France, 93 GARZON Pierre, Maire de Villejuif, 94 BOSINO Jean-Pierre, Maire de Montataire, 60 OZTORUN Dénis, Maire de Bonneuil-sur-Marne, 94

98 vues
bottom of page